Aujourd’hui j’ai le grand plaisir de vous partager l’histoire inspirante de Marie et de Jean-Michel, qui ouvrent ensemble leur Estaminet Le Tandem.
Marie et Jean-Michel ne sont pas du tout issus de la restauration et ils rêvaient d’ouvrir leur restaurant : un lieu convivial où l’on pourrait se réunir en famille ou entre amis autour d’un bon repas. Ils rachètent le corps de ferme du papa de Marie et décident de tout construire de leurs mains, pierre par pierre. Après 1 an de travaux, j’ai l’honneur de vous faire découvrir les premières images de ce magnifique établissement !!

Tu peux suivre Marie et Jean Michel dans leurs travaux sur leur page Facebook

Retranscription écrite de la vidéo

Bonjour à toutes et bienvenues dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui je suis avec Marie Lohez.

* Marie Roé : Bonjour Marie !

– Marie Lohez : Bonjour ! 

Je voulais faire cet interview spéciale, pour faire le portrait de cette jeune entrepreneuse qui est motivée !

*Marie R. : Marie L. tu peux nous dire où on est exactement ?

-Marie L. : Oui, bonjour ! Vous êtes devant mon estaminet. L’estaminet Le Tandem sur Lynde.

* : D’accord. Est-ce que cet estaminet est déjà ouvert ? Qu’est-ce qui se passe ?

– : Non, pas encore. Normalement…. Septembre !

* : Septembre 2017.

– : Voilà ! Ca fait un an que nous sommes en travaux et le projet abouti.

* : Est-ce que tu peux nous expliquer l’histoire de cet estaminet ? Est-ce que c’est un bâtiment que tu avais déjà ? Est-ce que c’est de la rénovation ?

– : C’est la vieille ferme de mon père, j’habitais là quand j’étais petite. Ce bâtiment c’était une grange, et vous n’aviez pas grand chose. On a tout refait de nos petites mains depuis un an.

* : On va faire une petite visite après, pour voir l’ampleur des travaux, tout ce que vous avez fait en un an, c’est impressionnant ! Mais d’abord j’aimerais te poser quelques questions, j’aimerais savoir si tu es dans la restauration depuis toujours, est-ce que c’est ton métier de base ?

– : Non du tout, ce n’était pas du tout mon boulot, je suis entrée dans le commerce de grande surface… De fil en aiguille, le parcours de vie m’a amené à aimer la restauration et à me lancer dans ce projet fou.

* : Tu ne viens pas du tout du milieu de la restauration, tu n’as pas de diplôme là-dedans ?

– : Du tout. Aucun diplôme. A par ceux qui sont obligatoires et que j’ai du passer pour me lancer. J’ai juste travaillé le dimanche en restauration.

* : Tu travaillais dans le commerce, un jour tu as fait des extras dans un restaurant et tu as eu la passion ?

– : Voilà c’est ça !

* : Tu as été piqué par la passion !

– : Voilà, piqué par la passion de la restauration, et du service.

* : A partir du moment où tu commences à faire des extras dans un restaurant, et le moment où tu ouvres cet estaminet ; combien de temps s’est-il passé exactement ?

– : On doit être sur les 4-5 ans ! En fait, j’ai travaillé en restauration en plus de mon boulot, et au bout d’un moment ce n’était plus possible, il fallait que je choisisses le boulot, donc j’ai continué mon boulot de semaine. Après avoir acheté la ferme de mon père qui était décédé en 2008, il y avait ce bâtiment qui ne demandait qu’à être utilisé et puis je me suis lancée. Donc ça a mis du temps.

* : Ca a mûri, ce n’est pas du jour au lendemain. On ne t’a pas donné un corps de ferme, tout prêt dans les mains ?

– : Non du tout.

* : Ca n’était pas du tout destiné à ça. Tu n’as pas fait de restauration, tu n’as pas passé de diplômes en restauration. C’est juste une passion qui est arrivée ? 

– : C’est la vie. Le destin qui a fait que nous en sommes arrivés là.

* : Tu achètes le corps de ferme de ton père, il se passe un petit peu de temps et tu te dis pourquoi pas ici ? 

– : Voilà. Pourquoi pas ici ? Le bâtiment était là. J’avais le projet de temps en temps, je regardais les bâtiments qui étaient dispo, je me disais là ça serait peut-être bien.. Puis, en fait… le bâtiment je l’avais !!

* : Il était sous tes yeux !

– : Il était sous mes yeux et il n’attendait que ça !

* : Et tu n’as pas eu peur ? [ Voir photos sur la vidéo ] Tu ne t’es pas dit, il n’y a rien ? Comment je peux transformer ça en restaurant ?

– : De toute façon le bâtiment il fallait le rénover, il fallait en faire quelque chose, je ne pouvais pas le laisser comme ça, c’était ingérable. Je me suis dit, j’ai envie de le faire, j’ai envie de le rénover, j’ai envie de faire mon activité, j’ai envie de vivre de ma passion. Et puis on fonce ! 

* : Moi qui suis un peu allergique aux travaux, comme je te l’ai dit tout à l’heure, je sais à peine changer une ampoule. Est-ce que tu avais déjà des connaissances là-dedans ?

– : J’avais acheté ma première maison à mes 23 ans. J’avais fait quelques travaux mais j’ai appris sur le tas. J’ai appris toute seule, des copains sont venus me montrer comment ils faisaient et j’ai continué. On a tout fait seul et financièrement, il le fallait.

* : On va voir les images juste après, c’est juste fou les travaux que tu as mis en place, vraiment tout. De l’électricité, la plomberie …

– : Plomberie, électricité, carrelage, peintures, plafond, on a tout fait !

* : Ca n’a pas été dur ? Tu as su trouver chaque solution ?

– : Ahh nous nous sommes bien creusés la tête par moment ! C’est très compliqué au niveau des normes, du coupe-feu … J’ai passé des heures sur internet le soir, à regarder des vidéos, à apprendre les règles, les normes. Oui, c’est prise de tête, mais au bout d’un moment on trouve les solutions, on continue et on avance.

* : Ca fait combien de temps que vous êtes en travaux ?

– : un an. Plus d’un an tous les jours !

* : Je dis « vous » car Marie ouvre avec son mari. C’est un projet de couple.

– : C’est un projet de couple et nous sommes à deux tous les jours, dessus.

* : Quand l’estaminet sera ouvert, tu auras quel poste exactement ?

– : Je serais en service en salle, parce que c’est ce que j’adore ! Le coup de feu, courir dans tous les sens avec les clients, le contact client. Lui sera en cuisine parce que c’est sa passion de cuisiner. 

* : Lui, est-ce qu’il était cuisinier de base ?

– : Ah non plus ! C’est une reconversion totale ! Il était mécanicien, ça n’a rien à voir ! Par contre c’est sa passion sur le dimanche. Tous les jours ce qu’il adorait faire c’était cuisiner, faire la popote pour ses amis, pour la famille. Même au travail, quand il y avait des soirées organisées c’est lui qui cuisinait. C’était LE cuistot de l’entreprise. 

* : Il se serait lancé si tu n’avais pas amené le projet sous les yeux ?

– : Non, ce sont les circonstances de la vie, qui ont fait que. Il est à la retraite donc se lancer dans un restaurant, non c’était pas inhumain. Par contre personnellement, j’ai mon projet de vie à créer alors il m’a dit ok on se lance, on y va.

* : C’est beau ! C’est une histoire très inspirante. Tout de suite nous allons passer à la visite de l’estaminet. Il faut voir l’étendue des travaux, tout ce que vous avez fait, c’est magnifique.

 

– Marie Lohez : Bonjour ! Bienvenues ! Je vous fais visiter mon estaminet, que je construis depuis 1 an avec mes petites menottes. Allez-y, entrez !

Vous arrivez dans notre estaminet, qu’on a construit de nos mains. Pour infos, il n’y avait rien du tout ! A par peut-être quelques orties, un arbre par ci, par là, et des gravas. On a tout fait de nos mains.

Ici vous avez les 4 petits boxes que nous avons gardé. Ce sont les anciens boxes de l’ancienne porcherie [c’était une porcherie, une maternité spécialement]. Avant, vous aviez les truies avec leurs petits bébés. Il reste les mangeoires d’origine que nous avons gardé avec les pierres d’origine, un petit coup de peinture et hop ! Il sera possible de manger dans ces boxes : des petites tables seront prévues pour les couples ou les familles qui veulent rester tranquilles. Puis ça garde l’âme.

Je vous passe le détail des toilettes.

Vous avez en haut, un petit étage que nous avons gardé pour faire la déco. Nous avons déjà installé une vieille machine à coudre, des vieilles étagères et notamment les cannes qui y pendent ; elles étaient dans la maison de papa quand j’ai racheté, je les ai gardé et elles ont atterri là-haut.

De ce côté vous avez la grande salle. Nous partons sur 40 couverts, pour être à l’aise, familial, convivial. La bonne ambiance !

Estaminet pour ceux qui ne connaissent pas c’est le restaurant traditionnel au niveau Flandres, Hauts-de-France, Nord. Ce que l’on y cherche c’est la bonne bouffe et le bon accueil. On s’assoit, on refait le Monde autour d’une bonne bière, d’une bonne planche apéro et puis on s’éclate. C’est vraiment le principe !

Ici, vous avez le bar en construction, avec le gitage que je suis en train de faire de mes mains.

C’est vraiment notre projet, notre bébé, que nous avons entièrement fait à deux.

Petit clin d’oeil pour les lampes : Jean-Michel qui les a fabriqué lui-même. Les luminaires viennent du restaurant de ma grand-mère au niveau de la Gare de Lille. Papa les avait gardé quelque part, pour quoi faire on ne savait pas ! Et bien maintenant on sait, ils sont là !

C’est un peu en chantier, c’est le démarrage mais ici, vous n’aviez vraiment rien du tout. 

Je vous laisse visiter les cuisines : notre futur lieu de travail. Nous sommes en pleine installation ! Ici vous aviez des clapiers à lapin… un brin phénoménal qu’il a fallu sortir. Nous avons fait des tonnes de bennes de gravats et de déchets. 

Je suppose que vous vous demandez pourquoi Le Tandem ? Papa s’était un peu Louis la Brocante. Dans la maison nous avons fait des bennes et des bennes de déchetterie, de choses et d’objets insolites qu’il gardait ; notamment un vieux tandem tout rouillé dans le hangar. Quand nous sommes tombés dessus, on se demandait vraiment ce qu’il pouvait en faire. Nous nous sommes regardés, nous avions déjà l’idée du restaurant, et puis nous nous sommes dit : Le Tandem ! En plus ça nous représente. Un tandem, c’est avancer à deux dans la même direction, à la même vitesse, quand l’un faiblit, l’autre tire ! Et vice-versa. C’était comme une évidence pour notre restaurant et notre projet de vie.

 

* Marie Roé : Merci Marie pour cette visite, c’est incroyable tout ce que vous avez fait de vous-même, sans entreprises. Tu ne viens pas du tout du métier, ni du bâtiment, tu as tout appris sur le tas, c’est incroyable !

Je sais également que tu t’es faite tatouée, une citation, une phrase que tu aimes beaucoup.

– Marie Lohez : Oui, dans mon cou, j’ai fait tatouer en anglais : « Où il y a la volonté, il y a un chemin. » Textuellement, quand on veut quelque chose on peut. Il suffit de se donner les moyens d’y arriver. Ici, ça fait un an que je suis dans les travaux. Un an que je suis en bleu de travail, que je porte des charges lourdes, du carrelage, que je me salis les mains. Mais ça vaut le coup ! Il faut savoir se donner les moyens d’y arriver, savoir où l’on veut aller, on fonce, et on avance. 

* : Parce que la vie est courte il faut mettre en place, tout ce que l’on a dans la tête. Est-ce que tu as un message pour toutes celles qui nous regardent ? Je sais qu’il y en a qui nous regardent, qui ont des projets, des envies, mais elles se disent je ne peux pas, je ne sais pas faire de travaux, je n’ai pas les moyens … Est-ce que tu as un message pour ces personnes là ?

– : Clairement il n’y a rien d’impossible ! Il y a des personnes qui font des choses extraordinaires et elles ne sont pas surhumaines, elles sont comme vous, ce sont des femmes et des hommes. Généralement c’est un homme qui pose du carrelage, mais il n’y a pas de raisons que lui sache le faire et pas moi ? Vous voulez faire des choses ? Et bien donnez-vous les moyens ! Il n’y a rien d’impossible, foncez ! Et puis la vie est courte, allez-y !

* : C’est beau ! Merci beaucoup Marie pour cette interview.

– : Merci à toi ! 

* : Ca m’a fait très plaisir de te suivre et de voir l’avancement. Je serais là à l’ouverture, sans problèmes !

On pourra te suivre sur ta page Facebook ?

– : Déjà depuis le début des travaux je postes régulièrement, vous me voyez peindre, vous me voyez poncer, vous me voyez poser du carrelage. Vous voyez vraiment l’avancement. D’où nous sommes partis et où nous allons. Estaminet Le Tandem sur Facebook.

* : Je mettrais le lien au dessus ou en dessous de la vidéo, comme ça vous pourrez les suivre et connaître la date d’ouverture de l’estaminet pour venir avec nous partager ce moment d’ouverture !

* : Merci beaucoup Marie ! Marie qui fait également partie de la Belle Tribu, la communauté des Femmes Audacieuses, Entrepreneuses qui veulent vivre de leur Passion. Je vous laisse le lien vers la page pour lire toute la description de la Belle Tribu et je vous dis à très vite !

Au revoir !

Tu peux toujours me retrouver sur FaceBook pour discuter ensemble 


Et suivre toutes mes vidéos sur ma chaîne YouTube

Pin It on Pinterest

Share This